Vivre en français dans une école hétérogène!

Le mot hétérogène est défini comme un système qui est composé d’éléments de nature différente. Notre monde est plein de mélanges hétérogènes, par exemple des roches à la plage – toutes des formes, tailles et couleurs différentes – simplement jetées ensemble au hasard. Tout comme des roches, de nombreuses écoles dans notre province ont des mélanges d’étudiants et de programmes. Ces écoles sont nommées des écoles hétérogènes. Le mélange le plus commun rassemble un programme anglophone, un programme d’immersion et un programme francophone.

Nous sommes 185 étudiants au CSF à étudier dans ce type d’école. 

 

Je m’appelle Matilda et j’étudie à l’école secondaire Brooks à Powell River. À mon école, j’ai l’opportunité de prendre des cours en anglais avec mes amis qui sont en dehors du programme francophone. Par ailleurs, je prends mes cours principaux (sciences, sciences humaines, français et maths) en français et je fais mes examens provinciaux en français comme si j’étais dans une école homogène. Puisqu’il y a très peu d’étudiants qui sont dans le programme francophone avec moi, nous avons tous beaucoup de temps et d’aide avec nos profs francophones.

À Brooks, j’ai aussi l’opportunité de rencontrer des étudiants internationaux qui parlent français comme nous. C’est tellement amusant d’échanger de la musique française, différentes expressions et de comparer la langue française qui est populaire dans plusieurs pays du monde. On a aussi la chance de participer à des activités extra-scolaires comme les sports compétitifs et le théâtre comme il y a beaucoup d’élèves. Parce que mon école secondaire se trouve dans une très petite ville, on a moins de chance de rencontrer d’autres jeunes francophones. C’est donc grâce au CJFCB qu’on se fait des amis francophones qui étudient dans d’autres écoles. J’adore mon école, car j’y reçois plein d’opportunités qui me sont offertes dans mes deux langues maternelles. Je peux participer aux Jeux et au Parlement mais aussi à des activités anglophones. La meilleure chose est que je peux passer la journée avec mes amis anglophones, mais aussi mon petit groupe d’amis francophones qui se connaissent depuis la maternelle et qui sont comme une famille pour moi. À mon école, j’ai le plaisir d’apprendre et de m’amuser tout en passant de l’anglais au français, et vice versa, à longueur de journée. Je me considère vraiment privilégiée de pouvoir apprendre dans un tel contexte et de vivre une expérience aussi enrichissante à chaque journée!

 

Pour ma part, je m’appelle Céline et j’étudie à l’école secondaire de Penticton. Je trouve qu’étudier dans une école avec ces milles élèves et tous ces programmes crée une dynamique très intéressante dans les couloirs et les salles de classe. Nous sommes de loin, une minorité. Et être la minorité, ça peut être plate. Nous avons seulement quelques cours en français, enseignés dans la même salle de classe. De temps en temps, on a des problèmes avec nos horaires ou avec l’accès à l’information, car on est dans le programme francophone, et cela peut être assez énervant. Parfois, c’est aussi très difficile d’être fière de notre langue, car on est tellement différents des autres. Cependant, être une minorité dans une école hétérogène a ses avantages. Nous avons la chance d’être impliqué dans deux systèmes scolaires et d’avoir deux fois plus d’opportunités. On peut aussi vivre une expérience d’école secondaire en anglais et en français, tout en ayant la chance de rencontrer plein de jeunes dans une grande école. Personnellement, je crois que c’est une situation unique et très spéciale.

Être une étudiante francophone dans une école hétérogène a ses avantages et ses défis, mais je crois qu’au fond c’est quelque chose dont on devrait être reconnaissant. Être simplement jetés ensemble au hasard dans ce mélange de francophones et d’anglophones est une merveilleuse occasion pour partager nos connaissances et nos cultures!

contenido35697

 

– Matilda et Céline.

Catégories