Témoignage sur le Festival d’hiver de Prince George

L’odeur de saucisses et de sirop d’érable envahit l’air de la salle. J’entends les rires amusés des adultes et des enfants. Je souris, émerveillée et enchantée par la musique animée de Marie Marion, invitée spéciale pour le festival d’hiver annuel de Prince George.

Je trempe mon pinceau dans l’eau floue et je le traîne sur un crayon de peinture faciale dans le but de soulever le pigment. Lèvres percées en concentration, je résume ma métamorphose d’un jeune garçon de cinq ans en tigre féroce.

La tire d’érable, d’un doré scintillant, est préparée dehors dans la température inhabituellement paisible. Les petits, remuants devant moi, se vantent du nombre de bâtonnets qu’ils ont mangés au-dessus des cliquetis de fourchettes. Les gens dégustent les plats préparés par les bénévoles et trouvent encore de la place pour manger des morceaux du gâteau célébrant le 100e anniversaire de Prince George. D’autres, portant des chapeaux farfelus, encouragent les enfants à danser avec eux.

C’est rare que je ressens cette appartenance à la famille francophone d’ici à Prince George. Par contre, emballée dans ce sens de communauté francophone, cette simple joie réussit à éliminer tout doute.

Catégories